17 octobre 2013 : plein sud vers les baobabs

Publié le 24 Novembre 2013

Nous repartons vers le sud. Les paysages sont de plus en plus arides et le ciel toujours aussi bleu, couleur qui semble être celle de cette région car bientôt nous traversons le village d'Ilakaka où un important filon de saphirs à été découvert il y a quelques années. Immédiatement une véritable ruée des populations s'est abattue sur ce modeste village qui depuis est le centre de toutes les recherches, de tous les trafics, de tous les rêves.

En descendant vers le sud

En descendant vers le sud

Certains cherchent des saphirs, pendant que d'autres paisiblement font leur lessive !

Certains cherchent des saphirs, pendant que d'autres paisiblement font leur lessive !

Un vol de criquets nous oblige malgré la chaleur à fermer hermétiquement les fenêtres de la voiture. Les villages sont de plus en plus modestes. Cela semble étonnant mais les cases sont moins hautes, plus sommaires, plus petites.

17 octobre 2013 : plein sud vers les baobabs

Souvent nous croisons des véhicules en panne, ou plus exactement en réparation le long de la route. Camions brousse servant au transport des campagnards, ou vieilles 404 dont mon chauffeur s'étonne que nous ayons arrêté la fabrication en France !

17 octobre 2013 : plein sud vers les baobabs
17 octobre 2013 : plein sud vers les baobabs
17 octobre 2013 : plein sud vers les baobabs

Les premiers baobabs apparaissent bientôt, géants solitaires dans la grande plaine.

La piste devient de plus en plus sableuse. Mon chauffeur est très attentif à ne pas s'ensabler. Des femmes cheminent le long de la piste pour aller chercher de l'eau aux puits portant leurs récipients sur la tête.

Nous arrivons enfin au village d'Ifaty, village de pêcheurs le long du canal de Mozambique, où je prends un bungalow juste sur la plage.

17 octobre 2013 : plein sud vers les baobabs
17 octobre 2013 : plein sud vers les baobabs

Rédigé par alain pont

Publié dans #madagascar, #baobab

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article