Kushimoto - Tokushima : journée de transition (3 novembre 2017)

Publié le 30 Novembre 2017

Le soleil, toujours et encore !

Aujourd'hui, grande migration pour nous rendre en train puis en ferry sur l'île de Shikoku où nous commencerons demain les premières étapes du pèlerinage des 88 temples.

Quelques digressions sur ma modeste appréciation à propos du Japon et des japonais.

Tout d'abord il faut souligner l'extrême gentillesse du peuple japonais. Ils sont heureux de voir des étrangers visiter leur pays et s'intéresser à leur culture. Bien souvent, nous aurons de l'aide de leur part pour trouver notre chemin ou obtenir un renseignement. Même s'ils ne parlent pas anglais (et moi fort peu !), la barrière de la langue ne sera jamais un obstacle. Combien de fois ils nous auront gentiment donné de petits présents qui par leur simplicité nous toucheront. Alors que nous marchons sur une route, un conducteur n'hésitera pas à s’arrêter spontanément pour nous proposer de nous conduire à destination. Plusieurs fois ils viendront nous serrer la main, ou nous demanderont d'être pris en photo ensemble. Je ne suis pas certain que nous accueillons les visiteurs étrangers avec autant d'empathie.

Le Japon est un pays où la propreté est une obsession. Les rues, les trottoirs, les lieux publics sont remarquablement propres et entretenus. Pas un papier par terre, pas de mégot, et évidemment pas de déjection canine. Les japonais balaient inlassablement. Incroyable pour nous : nous avons vu un jardinier qui venait de balayer les feuilles mortes sur des gravillons et qui était accroupi par terre avec un seau à ses côtés et avec une pince dans l'autre main pour parfaire son travail.

Les trains, les métros, les bus sont d'une propreté absolue.

Partout des toilettes publiques, propres, souvent chauffées. 

La rue étant considérée comme un lieu public, il est interdit d'y fumer. De loin en loin, un espace aménagé et isolé permet aux fumeurs de satisfaire leur envie. Mais il ne viendrait à personne l'idée de jeter un mégot par terre. Par contre, les restaurants sont des lieux privés et il n'est pas rare de voir des clients fumer à table.

Le sens de la perfection est poussé ici à son paroxysme. Perfection dans tous les domaines, de la taille des arbres au respect absolu des horaires. Alors que nous attendions un bus sur l'unique quai d'un village et que le trafic intense les faisait défiler de minute en minute, les uns derrière les autres, je suis allé un peu inquiet au bureau de renseignement demander le numéro ou la couleur du nôtre. Le responsable m'a indiqué que les bus n'avaient pas de numéro ou de couleur spécifique. Devant mon scepticisme, il m'a dit : "mais monsieur, le bus de 16h32 sera à quai à 16h32". Facile, non ?

Enfin, il est une autre caractéristique qui ne manquera pas de nous étonner. Dès que vous pénétrez dans un magasin, tous les vendeurs vous souhaitent bruyamment la bienvenue mais aussi font une profonde courbette. Dans les trains, le contrôleur fait une courbette en entrant dans le compartiment et en fait une autre en sortant du compartiment (même s'il n'y a personne dans le dit compartiment ! on ne sait jamais).

 

 

 

Quelques symboles du Japon : les chrysanthèmes très présents en cet automne, un petit robot à l'entrée d'un magasin, et les carpes dans les bassins.
Quelques symboles du Japon : les chrysanthèmes très présents en cet automne, un petit robot à l'entrée d'un magasin, et les carpes dans les bassins.
Quelques symboles du Japon : les chrysanthèmes très présents en cet automne, un petit robot à l'entrée d'un magasin, et les carpes dans les bassins.
Quelques symboles du Japon : les chrysanthèmes très présents en cet automne, un petit robot à l'entrée d'un magasin, et les carpes dans les bassins.

Quelques symboles du Japon : les chrysanthèmes très présents en cet automne, un petit robot à l'entrée d'un magasin, et les carpes dans les bassins.

Rédigé par alain pont

Publié dans #japon

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article