Camino Portugais (12/10/2014) :  Et c'est là, que les ennuis commencèrent ... Arneiro das Milhariças - Minde ( 17 kms )

Publié le 2 Février 2015

C'est dans une ambiance très sympathique et avec l'autre pèlerin français que nous prenons notre petit-déjeuner. C'est un habitué des chemins de Compostelle ; il en est à son 7 ou 8 ème pendant que sa femme fait un trek au Népal. Puis, nous partons de notre côté sous une pluie fine qui devient de plus en plus violente, et même orageuse. Cela nous change des premiers jours de marche sous un doux soleil mais le moral, lui, est au beau fixe. Le chemin grimpe doucement. Nous marchons en pleine nature et avec nos protections contre les intempéries, nous maîtrisons encore la situation. Nous traversons le village de Monsanto sous un déluge et malgré la présence d'un bar-restaurant nous décidons de poursuivre l'étape. Mais après quelques centaines de mètres, nous rebroussons chemin pour venir nous y réfugier. Nous sommes intégralement trempés. Aussi nous nous changeons sous l’œil émoustillé de portugaises admiratives de notre plastique de rêve (peut-être ce passage est-il très légèrement exagéré !). Nous retrouvons notre français qui lui aussi fait une pause forcée. Un bon chocolat chaud nous réconforte et nous échafaudons à trois un plan B. Devrons nous repartir en taxi ? En attendant, nous déjeunons d'un excellent coq au riz.

Alors que nous finissons notre repas, le soleil fait une apparition. Cela change tout. Allez, en route ! Le paysage de champs d'oliviers est agréable. Le chemin goudronné est bon. De temps en temps quelques gouttes de pluie nous ramènent à la réalité. Alors que nous arrivons à Covão do Feto, une pluie violente s'abat à nouveau sur nous. Mais nous sommes obligés de continuer jusqu'à l'étape finale. Le chemin se rétrécit et devient glissant. Bientôt il grimpe fortement et se transforme en un étroit ruisseau dans lequel nous pataugeons. Nos capes ne nous protègent plus. Elles sont autant mouillées à l'intérieur qu'à l'extérieur. En plus, nous avons l'impression d'être dans un sauna. Nos chaussures sont des baignoires. Nos sous-vêtements dégoulinent de flotte. Heureusement une fois passé la crête, si le ciel reste gris, la pluie a enfin cessé et nous descendons tranquillement jusqu'au village de Minde.

Les portugais sont particulièrement gentils et accueillants. Lorsque nous demandons à un habitant l'adresse de notre hébergement, au lieu de se sauver devant des sauvages hirsutes et dégoulinants, il nous accompagne de croisements en intersections. Notre chambre au Parreirais des Moquinhos est confortable. Ce soir ce sera séchage tout azimut.

Nous achetons du vin, du fromage et des fruits (raisin, anones, amandes) à l'Intermarché voisin.

Etape modeste aujourd'hui, mais certains kilomètres comptent plus que d'autres !

Camino Portugais (12/10/2014) :  Et c'est là, que les ennuis commencèrent ... Arneiro das Milhariças  -  Minde ( 17 kms )
Camino Portugais (12/10/2014) :  Et c'est là, que les ennuis commencèrent ... Arneiro das Milhariças  -  Minde ( 17 kms )
Camino Portugais (12/10/2014) :  Et c'est là, que les ennuis commencèrent ... Arneiro das Milhariças  -  Minde ( 17 kms )
Camino Portugais (12/10/2014) :  Et c'est là, que les ennuis commencèrent ... Arneiro das Milhariças  -  Minde ( 17 kms )
Camino Portugais (12/10/2014) :  Et c'est là, que les ennuis commencèrent ... Arneiro das Milhariças  -  Minde ( 17 kms )

Rédigé par alain pont

Publié dans #Camino, #portuguese, #via lusitana, #minde

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article